Home
Vous êtes ici:Accueil » Nouvelles » Haïti – Économie : «La situation est grave» dixit le Ministre Bastien

Haïti – Économie : «La situation est grave» dixit le Ministre Bastien

Haïti – Économie : «La situation est grave» dixit le Ministre Bastien

La situation économique d’Haïti est « grave », a réitéré Yves Romain Bastien, le nouveau Ministre de l’Économie, soulignant que l’instabilité sociale et politique qu’a traversé Haïti sont des facteurs importants qui n’ont pas favorisé la croissance et ont laissé Haïti dans un état d’urgence.

« Nous sommes dans une situation grave. L’inflation est de 14,4%, et on ne produit pas ». Fin 2015, la monnaie nationale a pris fin avec une dépréciation de 22% par rapport au dollar « Aujourd’hui c’est notre travail de prendre une meilleure décision et mettre fin à cette crise que nous vivons »

Dans le même temps, il a souligné qu’il y avait peu de contrôles sur les dépenses dans le budget et qu’avec un taux de croissance de 1,2% et une inflation élevée cela rendait difficile la croissance de l’économie.

Ajoutant, « de plus, le financement extérieur [appui budgétaire, provenant des organismes bilatéraux et multilatéraux, ressources venant de l’accord Petro Caribe] est très faible ces derniers temps, en raison du manque de confiance et d’instabilité au pays [et du cours du pétrole] » promettant de prendre des mesures pour créer un environnement favorable qui permette la récupération de l’économie haïtienne…

Toutefois, rappelons que dans son discours d’installation le Ministre avait déclaré « La plupart de ces problèmes étant de nature structurelle, leur correction définitive ne saurait s’effectuer dans le cadre du court mandat du gouvernement. Cependant, le Ministère entend créer les conditions et prendre, de concert avec les secteurs concernés, toutes les mesures jugées pertinentes, susceptibles de revenir à un cadre macroéconomique plus favorable. Des efforts seront également déployés pour freiner la détérioration des conditions de vie de la population et assurer la disponibilité de ressources nécessaires au financement de services de base améliorés à la population ». Il avait alors énoncé plusieurs mesures dont entre autres :

 

  • La rationalisation des dépenses publiques avec emphase sur les dépenses de fonctionnement strictement essentielles de l‘administration pour éviter tout gaspillage ;
  • Une exécution budgétaire proche de l’équilibre et un financement monétaire modéré du déficit budgétaire ;
  • L’octroi, dans des limites soutenables de subventions à l’EDH ;
  • La recherche d’une meilleure efficacité et d’une amélioration de l’efficience des entreprises publiques à caractère commercial et industriel et de service ;
  • La maximisation des recettes fiscales et douanières en renforcent les organismes de perception ;
  • La poursuite et le renforcement de la lutte contre la contrebande et la corruption ;
  • Une harmonisation des politiques monétaire et fiscale via notamment un programme de « cash management » pour faire baisser le taux d’inflation et contenir la dépréciation de la gourde en vue de préserver le pouvoir d’achat de la population et réduire les incertitudes des investisseurs ;
  • Une mise en cohérence des politiques économiques axées sur la valorisation des secteurs compétitifs et la réduction des disparités régionales, en vue d’une convergence vers une croissance économique et la création soutenue d’emplois durables qui, à terme, induiront un élargissement de la classe moyenne et réduiront l’exode rural ;
  • Un accompagnement des secteurs productifs de l’économie pour renforcer leur compétitivité ;
  • Une rationalisation des dépenses de sécurité sociale avec une préférence pour celles axées sur la sortie définitive des bénéficiaires du cycle de dépendance (ex : support aux micro-entreprises) ;
  • La poursuite et le renforcement des réformes économiques et financières en cours.

Source HaïtiLibre

A propos de l'auteur

Nombre d'entrées : 45

Laisser un commentaire

Copyright ©2017 RCH 2000 96.1 FM. All Rights Reserved.

Retour en haut de la page