Home
Vous êtes ici:Accueil » Politique » HAITI/ 12 janvier 2015

HAITI/ 12 janvier 2015

HAITI/ 12 janvier 2015

Etrange coïncidence !

palais

Les choses sont ainsi faites que le 5e anniversaire du  terrible tremblement de terre du 12 janvier 2010 coïncide avec le 2e lundi de janvier 2015 marquant la fin de la 49e législature. Une date tant redoutée  pour des raisons politiques et politiciennes ainsi que les charges émotionnelles qu’elle produit dans la mémoire collective haïtienne.

Plus de peur que de mal, devraient se dire sans aucun doute  ceux qui redoutaient le chambardement. En tout état de cause, l’Assemblée Nationale n’a pas bel et bien eu lieu. L’Accord trouvé très tardivement  entre la Présidence et des Partis politiques, les derniers pourparlers avec la Commission sénatoriale  pour maintenir en vie le Pouvoir Législatif n’ont, à cet égard, produit aucun résultat. Le Parlement haïtien est dysfonctionnel. Le mandat des Députés de la 49e législature a pris fin, se référant à  la  Loi électorale en vigueur. Même situation pour 10 autres Sénateurs. Le Pouvoir Législatif se réduit, en l’état actuel des choses,  aux 10 Sénateurs restants. Telle est la réalité du Pouvoir Législatif.

ar

S’agissant du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ), il est décapité après la démission de Me Anel Joseph Alexis recommandée dans le Rapport de la Commission consultative présidentielle emmenée par le Sieur Réginald Boulos. Le Président de la Cour de Cassation faisant également office de Président du CSPJ, Me Anel Alexis Joseph, était déjà en porte-à-faux avec le Sénat de la République   concernant sa nomination rejetée  par une Résolution adoptée à l’unanimité. Au moins 3 autres Juges siégeant à la Cour de Cassation de la République  se retrouvent dans la même situation.

Quid du Pouvoir Exécutif ?

Bicéphale, selon la Constitution 1987 amendée, le Pouvoir Exécutif co-dépositaire de la Souveraineté nationale au même titre que le Pouvoir Législatif  vit à ce moment historique particulier une situation inédite. La Primature compte après le départ forcé  de Laurent S. Lamothe une ”Première Ministre” par intérim en la personne de Florence Duperval Guillaume et un Premier Ministre nommé par le Président Martelly : M. Evans Paul/K-Plim. Tout compte fait, la démocratie haïtienne sous les bons offices de la MINUSTAH et des Puissances tutrices du pays totalise présentement  tout au moins à titre d’élus du Peuple haïtien : le Président de la République, Joseph Michel Martelly, plus 10 Sénateurs. Tout le reste n’est que de facto, concordent Analystes et Observateurs avisés.kp

Que va-t-il se passer ? Quel est le sort du PM nommé, M. Evans Paul ? Sera-t-il installé dans ses fonctions? Si oui, quand et comment, et avec quel Gouvernement de consensus composé de qui ? L’Accord signé avec les Partis politiques sera-t-il appliqué et respecté par le Président Martelly ? Quelles sont les marges de manœuvre réelles de M. Paul pour contribuer à mettre en place un Cabinet ministériel véritablement  de consensus sans Parlement ? A quand la formation du  Conseil Electoral Provisoire selon la formule retenue dans l’Accord signé entre les Partis politiques et le Chef de l’Etat haïtien ?

Quid des manifestations de rue pour obtenir le départ et/ou démission du  Président Martelly ? Rien n’indique pour le moment que celles-ci vont s’arrêter pour faciliter un dégel de la situation. L’Organisation politique Fanmi Lavalas de l’ancien Président Jean Bertrand Aristide de même que le MOPOD et alliés n’ont publiquement et officiellement en rien modifié leur position. La ”Platfom Pitit Dessalines” placée sous le leadership de l’ex Sénateur Moise Jean Charles ne jure que pour le renversement du Régime Tet Kale.  Autant dire que c’est le statuquo ante renforcé par l’inopérationnalité du Parlement.

Les Puissances tutrices d’Haïti regroupées dans le ”Core Group” composé au        premier chef des Etats-Unis d’Amérique, du Canada, de la France et de l’Espagne   (par extension l’Union Européenne), du Brésil, et du Représentant du Secrétaire Général de l’ONU semblent avoir pris en main le processus politico-électoral au mieux de leurs intérêts.

De quoi exactement les prochains jours seront-ils faits en Haïti ? Le problème n’est visiblement et de fait non résolu. Le temps du dialogue et de la négociation serait-il terminé après le 12 janvier 2015 ?

Que compte entreprendre le chef de l’Etat haïtien, Joseph Michel Martelly, pour terminer son mandat avec l’organisation au cours de 2015  d’élections pour le renouvellement des Institutions démocratiques indispensables à tout Etat de droit?

Jean Frantz LASERRE

raless2000@yahoo.com

A propos de l'auteur

Nombre d'entrées : 47

Laisser un commentaire

Copyright ©2017 RCH 2000 96.1 FM. All Rights Reserved.

Retour en haut de la page